Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Lectures - 2015

« Écritoire » présente  :

lundi 16 février 2015
à 20h
Mairie du XVIème

Claude Salama nous écrivait suite à la lecture des 25 et 26 mai 2014 "ce n'est qu'un au revoir".

Nous avons voulu lui donner raison et donc nous avons le plaisir de vous inviter à notre reprise dans une mise en espace de "Une Heure pour dix Juifs - La Déclaration". La mairie du XVI ème nous permet de faire cette mise en espace dans leur plus belle salle.

Lectures - 2015
UNE HEURE POUR DIX JUIFS
La Déclaration
de Claude Salama
 
Les nazis réunissent dix Juifs qu'ils sortent des ghettos, des camps... Ils sont tous des sommités, reconnus dans leur domaine (philosophie, psychanalyse, poésie, sionisme, communisme...).
Leur mission : signer une déclaration qui reconnaît, au nom du peuple juif, la supériorité absolue de la race aryenne. En échange de leur signature, ils auraient la vie sauve.

Adaptation du roman-théâtre de Claude Salama, édité chez l'Harmattan

mise en espace dirigée par Marie Josée Brakha
avec :
Marc Alberto, Jean Boissinot, Pierre Covezzi, Roland David, Jérôme Decourcelles, Cyril Fragnière, Claudio Giova, Christian Jannot, Guillaume Kovacs,  Sébastien Le Rest, Lionel Mur, Mickaël Poitu, Vincent Sizaret, André-Philippe Suard

extraits vidéo de la lecture de mai 2014

Cette fois il ne s'agit plus d'une lecture, comme celles qui ont été faites aux théâtres de la Bonne Graine et Darius Milhaud avec les 14 comédiens assis côte à côte. Le lieu est aujourd'hui la prestigieuse salle des fêtes de la mairie du 16ème à Paris. Le lieu même où j'avais autrefois reçu mon premier prix de poésie. Et la pièce est mise en espace par notre metteuse en scène de talent Marie Josée Brakha. ​Avec les mêmes 14 comédiens, remarquables, tous volontaitre pour porter cette pièce étrange et complexe le plus loin et le plus haut possible.
Alors... rêve ou réalité ? Assis parmi la foule des spectateurs, j'oublie que cha​cun sur la scène​ a le texte en ​mains. Ce n'est plus une lecture, mais du vrai théâtre. Je suis happé par les jeux de scène, les intonations ; les phrases elles-mêmes me paraissent nouvelles. J'oublie les avoir écrites.
Les spectateurs sont secoués, enthousiastes.
Et moi, l'auteur, je suis ému et songeur. Car je sais, je suis certain désormais qu'il faudra monter la pièce

            Merci encore à tous

                         Claude Salama

« Écritoire » présente  :

lundi 27 avril 2015 à 20h

« L'Héritier »

L'HÉRITIER
lecture d'un texte de

Ester Mann et Lévon Minasian

Jean, un quinquagénaire délaissé et sans avenir aurait continué à mener une existence sans but, si un jour ne s'était présenté à sa porte un jeune homme, Léonard, venu pour louer la cabane à côté de sa maison.

En plus, Jean commence à recevoir des lettres d’amour flamboyant d'Ophélia, sa femme partie il y a 25 ans, qui tiennent en une seule phrase laconique et... sans adresse d'expéditeur.

lecture dirigée par Marie Josée Brakha
avec :
Sophie Gajan, Clément Hassid, Philippe Godin, Laurie Anne Macé
« L'Héritier »
                       « L'Héritier »
Levon Minasian est venu féliciter les comédiens
puis discuter avec eux et avec le public
« L'Héritier » « L'Héritier »
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

compte rendu de la lecture :

Nous avons vraiment apprécié l’initiative de l’association Des Mots et Des Actes, cette idée généreuse et créative de faire vivre, vibrer des textes en quête de spectateurs, mais aussi de voix pour l’incarner.

Dans le contexte économique actuel, où chaque auteur se trouve démuni face à des enjeux d’argent et de notoriété, cette initiative permet de sortir l’œuvre du marasme, de la faire étinceler quelques instants dans l’écrin d’une salle de théâtre, et de former autour d’elle une vraie équipe de professionnels.

Nous saluons aussi les acteurs qui ont pu en si peu de temps incarner les personnages, trouver les nuances les plus justes, révéler juste par leur voix les sentiments des personnages, souvent complexes de notre pièce. Nous parlerons surtout du bonheur des auteurs de voir toutes ces énergies au service de notre texte, surtout celle intense et bienveillante de Marie Josée, qui est véritablement l’âme de ce projet de lecture, de mise en voix de textes qu’elle aime, ne faisant confiance qu’à son goût et à son émotion de lectrice. Merci !

                Ester Mann et Lévon Minasian

 

« Écritoire » présente  :

dimanche 31 mai 2015 à 19h

et

lundi 1er juin 2015 à 20h

 « La Valse des ombres »

LA VALSE DES OMBRES
lecture d'un texte de

Bruno Paternot

Dans une salle des mariages en Arménie, Sofia prépare la noce de sa sœur : placer les invités, s’inquiéter de la poussière, remplacer un verre brisé... Dans l’attente des invités, son frère la taquine sur sa conception de l’existence, il lui oppose la poussière de la vie à la poudre des fées : la violence d’une réalité enfouie au rêve d’un futur a priori meilleur. Mais les invités ne viennent pas…

La poussière s’accumule sur une noce fantôme, interrompue, l’an passé, par les hordes de janissaires qui ont violé les jeunes femmes, enterré vivantes les vieilles et assassiné tout le monde. Et depuis un an, symboliquement coincé à l’intérieur de l’horloge, l’homme qui a violé Sofia attend, lui, d’être délivré.

lecture dirigée par Marie Josée Brakha
avec Claire Tatin, Florent Hurel, Érik Chantry
 « La Valse des ombres » « La Valse des ombres » « La Valse des ombres » « La Valse des ombres » « La Valse des ombres »
 
Bruno Paternot échange avec les comédiens et le public

 

 

Comme ne le diront plus les "premières dames" : merci pour ce moment.
L'importance d'entendre son texte, porté par d'autres, de se rendre compte que le temps passe mais pas les obsessions. Que la vie nous fait prendre toujours les mêmes routes.
Que mon écriture change (grandit?), évolue. Cette soirée m'aura permis de faire le point sur le chemin parcouru.
Et puis, au détour d'une phrase un peu grandiloquente, d'un passage à la dramaturgie bancale, une idée qui sonne juste, une tournure de phrase qui me plait, une fin de dialogue qui cogne.  
Grâce à vous, je me suis entendu avec moi-même et c'est assez rare pour être souligné !
Cette phrase, dans La Valse qui dit à peu près "je ne vais passer ma vie à sauver la tienne mais je t'aime" est peut-être un des fils qui se tisse au fur et à mesure de mes textes. Je ne m'en étais pas aperçu jusqu'à présent.
L'idée que le texte puisse faire son chemin dans l'imaginaire des spectateurs n'est possible que grâce à vous. Sinon il resterait au fond d'un tiroir.

Je vous souhaite à tous le meilleur,
peut-être nous recroiserons nous sur une autre planète, dans une autre vie,
en tout cas autour des écritures contemporaines.

Bon dimanche... sous vos applaudissements.

                                        Bruno Paternot

« Écritoire » présente :

lundi 29 juin 2015 à 20h

  

 Écritoire » présente  :

lundi 27 avril 2015 à 20h

« L'Héritier »

L'HÉRITIER
lecture d'un texte de

Ester Mann et Lévon Minasian

Jean, un quinquagénaire délaissé et sans avenir aurait continué à mener une existence sans but, si un jour ne s'était présenté à sa porte un jeune homme, Léonard, venu pour louer la cabane à côté de sa maison.

En plus, Jean commence à recevoir des lettres d’amour flamboyant d'Ophélia, sa femme partie il y a 25 ans, qui tiennent en une seule phrase laconique et... sans adresse d'expéditeur.

lecture dirigée par Marie Josée Brakha
avec :
Sophie Gajan, Clément Hassid, Philippe Godin, Laurie Anne Macé
« L'Héritier »
                       « L'Héritier »
Levon Minasian est venu féliciter les comédiens
puis discuter avec eux et avec le public
« L'Héritier » « L'Héritier »
 

 

 

 

 

 

compte rendu de la lecture :

Nous avons vraiment apprécié l’initiative de l’association Des Mots et Des Actes, cette idée généreuse et créative de faire vivre, vibrer des textes en quête de spectateurs, mais aussi de voix pour l’incarner.

Dans le contexte économique actuel, où chaque auteur se trouve démuni face à des enjeux d’argent et de notoriété, cette initiative permet de sortir l’œuvre du marasme, de la faire étinceler quelques instants dans l’écrin d’une salle de théâtre, et de former autour d’elle une vraie équipe de professionnels.

Nous saluons aussi les acteurs qui ont pu en si peu de temps incarner les personnages, trouver les nuances les plus justes, révéler juste par leur voix les sentiments des personnages, souvent complexes de notre pièce. Nous parlerons surtout du bonheur des auteurs de voir toutes ces énergies au service de notre texte, surtout celle intense et bienveillante de Marie Josée, qui est véritablement l’âme de ce projet de lecture, de mise en voix de textes qu’elle aime, ne faisant confiance qu’à son goût et à son émotion de lectrice. Merci !

                Ester Mann et Lévon Minasian

  

 

« Écritoire » présente :

lundi 29 juin 2015 à 20h

 « Dans un souci d'apaisement »

DANS UN SOUCI D'APAISEMENT

lecture d'un texte de

Delphine Gustau et Gildas Loupiac

Florence fête ses soixante ans et son départ à la retraite. Elle a invité sa fille, Fiona, dont elle aimerait se rapprocher.

Fiona tente de vivre de la danse mais survit grâce à des petits boulots. Elle a coupé les ponts depuis longtemps avec sa mère mais elle vient à cet anniversaire parce qu'elle a un service à lui demander. Un service énorme et délicat, un service qui pourrait lui sauver la vie.

lecture dirigée par Marie Josée Brakha
avec :Lisbeth Wagner, Océane Pivoteau, Christian Macairet

 « Dans un souci d'apaisement »

 « Dans un souci d'apaisement »

 

 

 

 

Delphine Gustau et Gildas Loupiac échangent avec les comédien-ne-s et le public

 

 

 

Des Mots et des Actes s'associe à l'événement organisé par le
 
 « Là où volent de joyeux petits merles bleus »
présente :
jeudi 8 octobre 2015
19h
Mairie du 11ème
 

 « Là où volent de joyeux petits merles bleus »

LÀ OÙ VOLENT DE JOYEUX PETITS MERLES BLEUS
Souvenir d'un jour atroce et pourtant des plus sacré
lecture d'un texte de
Kay "Kishkush" Wilson
 
Nous avons rencontré Kay 'Kishkush' Wilson à Paris en septembre 2011 au Congrès International des Victimes du Terrorisme organisé par l'AfVT.
Guide touristique israélienne, elle a été victime le 18 décembre 2010 d'une attaque terroriste dans laquelle a été tuée son amie Kristine Luken, à laquelle elle faisait découvrir la forêt autour de Jérusalem.
En plein traumatisme, dans l'attente du procès des assassins, elle a rédigé le récit intime et pudique de cette journée, merveilleusement commencée et achevée dans l'horreur.
 
visuel d'après la couverture du livre Where Happy Little Bluebirds Fly ...© Annie Selby
traduction : Georges Festa
adaptation : Marie Josée Brakha
photos : Thomas Dresler.
 
lecture dirigée par Marie Josée Brakha             

avec : Béatrice Wenger, Julie Gozlan « Là où volent de joyeux petits merles bleus »

 « Là où volent de joyeux petits merles bleus » « Là où volent de joyeux petits merles bleus »

Julie Gozlan et Béatrice Wenger entourent Françoise Rudetzki,
Présidente fondatrice (1986-1998) puis déléguée générale (1998-2008) de l'association "SOS Attentats".
 

Fontenay-sous-Bois, le 29 novembre 2015

Des Mots et des Actes : combien votre nom a été justifié lorsque vous nous avez  permis de relever le défi de la diffusion du témoignage de Kay Wilson !
Quel bel acte en effet de la part de Marie Josée Brakha que d’avoir réalisé l’adaptation pour la scène de la traduction par le MPCT du récit de Kay ‘Kishkush’ Wilson, Là où volent de joyeux petits merles bleus et d’en avoir  dirigé la lecture !
Quelle force dans les mots poignants dits, vécus par deux comédiennes habitées par leurs rôles, Julie Gozlan  et  Béatrice Wenger !
Vos mots faisaient écho à l’engagement de Kay, la survivante, et rendaient hommage à  Kristine Luken, la disparue, sortant de l’anonymat deux victimes du terrorisme.
Oui, la soirée du 8 octobre 2015 fut marquée par une extraordinaire communion entre le public et les actrices qui incarnaient les deux amies.
L’actualité donnait une résonance particulière au récit de cet attentat commis à Jérusalem en décembre 2010 puisque les couteaux, qui tuèrent Kristine et meurtrirent Kay, sèment à nouveau la terreur parmi les Israéliens.
Dans la belle salle des mariages de la Mairie du 11ème arrondissement de Paris – qui allait être à nouveau, et avec une violence atroce, inégalée, meurtrie par le terrorisme – le débat, marqué par l’intervention de Françoise Rudetzki, fut empreint d’une exceptionnelle gravité.
Un très grand merci à Marie Josée Brakha, Julie Gozlan, Béatrice Wenger.
Que votre compagnie poursuive son chemin, en mots et en actes.
     Huguette Chomski MagnisSecrétaire générale du
 « Là où volent de joyeux petits merles bleus »   MOUVEMENT  POUR  LA  PAIX
ET CONTRE  LE TERRORISME
Alliance Internationale Contre le Terrorisme

                                                   
Félicitations pour cette très belle lecture dans cette mairie magnifique.
J’ai  été très perturbée par ce texte qui fonctionne comme une tragédie grecque avec ses rebondissements et se déroule en une seule journée entre le paradis,  l’insoutenable et longue descente  aux enfers et ce saisissant chemin de croix inversé où, ligotée,  sanglante, marchant sur un chemin de pierre, cette femme se redirige vers la lumière.
Et tout cela dans un petit espace. L’unité de temps, de lieu et d'action est admirable et intenable.
     Diagne Chanel, plasticienne, Présidente du "Comité Soudan"
Lectures - 2015

 Écritoire » présente  :

lundi 26 octobre 2015
théâtre Darius Milhaud
21h

LA MÉTHODE
lecture d'un texte de

Sabine Revillet

Déborah a écrit "La Méthode". La Méthode, c'est une méthode qui propose les meilleures astuces pour être heureux, entretenir de bonnes relations dans tous les domaines : professionnel, amical et amoureux. Mais qui a besoin d'une méthode ? "La Méthode" ne va-t-elle pas au contraire fausser tous les rapports ?


lecture dirigée par Marie Josée Brakha
avec de gauche à droite :
Sandra Lumbroso, Nicole Desjardins, Gilles Trinques, Denis Calvez, Jérôme Decourcelles, Patricia Mesplié, Solène Gentric, Élodie Marie, Victoire Lou Leboucher

 « La Méthode »

au bureau, chez Pierre, dans la rue, dans un studio d'enregistrementau bureau, chez Pierre, dans la rue, dans un studio d'enregistrement
au bureau, chez Pierre, dans la rue, dans un studio d'enregistrementau bureau, chez Pierre, dans la rue, dans un studio d'enregistrement

au bureau, chez Pierre, dans la rue, dans un studio d'enregistrement

 « La Méthode »

        Après la lecture

         Sabine Revillet   

         discute avec les

         comédien-ne-s

           et le public

Merci infiniment à Marie Josée Brakha, aux comédiennes et aux comédiens d'avoir travaillé, rêvé sur mon teste, La Méthode. Cette lecture a été très utile pour moi et me permettra d'avancer, de progresser dans le cheminement de mon écriture. C'est la deuxième fois que Marie Josée Brakha me propose une lecture, il y a quelques années, elle avait organisé un rendez-vous autour d'un de mes précédent texte : L'Emission, je suis heureuse de poursuivre avec elle cet échange. Merci encore à toute l'équipe pour son investissement.

Sabine Revillet